Sports que j’ai pratiqués

J’écris cet article pour vous exprimer mon amour envers le sport. Depuis que je suis tout petit, j’ai toujours adoré les sports. Les sports d’équipes sont ceux que j’apprécie le plus particulièrement. Lorsque j’étais plus jeune, mes parents ne m’achetaient pas de consoles de jeux vidéos ou autres gadgets électroniques. Donc, je passais mes journées dehors à pratiquer des sports avec mes meilleurs amis. Durant ma jeunesse, j’ai eu l’opportunité
d’essayer plusieurs sports. Dans les articles suivants, je vous décrirai l’origine de mon intérêt pour les sports que j’ai découverts à un plus jeune âge. À travers cette section, je mettrais des vidéo, des articles avec mes opinions sur les dernières nouvelles dans le monde du sport. Évidemment, vous pourrez commentez et partagez votre opinion sur mon blogue.

Soccer

Je ne pouvais certainement pas écrire sur le sport sans mentionner le soccer ou le football pour nos amis européens. Vous aurez compris que le soccer fut mon premier amour. Je ne pourrais pas me souvenir avec certitude l’âge à laquelle j’ai débuté la pratique de ce sport. Cependant, j’ai des souvenirs qui remontent d’avant ma première année primaire (5-6 ans). Se réveiller, manger, s’entraîner et dormir étaient la routine pour moi. Comme tous les jeunes athlètes, je rêvais un jour d’intégrer l’élite mondiale de soccer. Malheureusement pour moi, le talent et le physique n’étaient pas au rendez-vous. Malgré mon talent limité, je continue toujours de jouer au moins une fois par semaine pour garder la forme physique. Après avoir beaucoup réfléchi à mon avenir, j’aimerai, dans quelques années, posséder ma propre équipe de joueurs professionnels en Europe.

Tennis

Rafael Nadal.

Par une journée ensoleillée, j’étais au parc derrière chez moi avec mes meilleurs amis. Après quelques heures de sports, nous avions décidé de prendre une pause et de nous détendre sur la pelouse. C’est à ce moment que j’ai aperçu deux personnes s’échanger une balle jaune par dessus un filet. À cette époque, je ne connaissais rien à ce sport, mais il m’intriguait beaucoup. Tenter de marquer des points en frappant une balle au dessus du filet et entre les lignes blanches. De retour à la maison, je suis tombé par hasard sur une partie de tennis en directe à la télévision. Comme ce sport m’intriguait beaucoup, j’ai donc décidé d’écouter le match au complet pour apprendre les règlements. Ce n’était pas un grand spectacle, mais juste assez pour m’avoir séduit. Le lendemain matin, avec une raquette à la main, je suis retourné au parc pour essayer le tennis avec mon père. Nos échanges ne ressemblaient en rien de ce que j’avais pu voir à la télévision, mais je venais de découvrir un nouveau sport vraiment intéressant. Tellement intéressant, qu’aujourd’hui encore il figure parmi mes préférés.

D’ailleurs je pratique toujours ce sport pendant l’été. Depuis le temps, je me suis beaucoup améliorer, mais je ne serai pas encore prêt à dire que je bon. J’ai toujours des faiblesses dans mon jeu surtout au niveau du service et des volées au filets. Bref, le tennis est un sport que je recommande à tout le monde de tout âge qui désire rester en forme.

Mes deux joueurs préférés sur le circuit de l’ATP

Roger Federer et Andy Roddick après leur duel mémorable de Wimbledon 2009

Andy Roddick

Petite biographie. (Source Wikipédia)
Andrew Stephen Roddick dit Andy Roddick est né en Ohama dans le Nebraska le 30 août 1982. Maintenant retraité, il était reconnu pour son service foudroyant qui lui a permis de battre plusieurs records de vitesse. En 2003, il fut au sommet de son art. Son classement de l’ATP (1er mondial) le prouve. Il a entre autre remporté le Us Open cette année là. Au courant de sa brillante carrière, il a remporté 32 titre dont un Grand Chelem. Cependant, plusieurs se souviendront de lui comme le joueur qui n’arrivait jamais à gagner contre le Grand Federer.

Dans les premiers temps que je regardais le tennis à la télévision, j’admirais beaucoup Andy Roddick. J’aimais particulièrement la puissance de son service et son coup droit également très puissant. À l’époque, il était dans ses meilleurs années et il dominait tous ses adversaires. Évidemment, son service était une arme redoutable inscrire plusieurs points faciles. Cependant, au delà de ses exploits de tennis, se cachait un homme doté d’un grand sens de l’humour. Que ça soit dans ses interviews dans ses imitations ou dans les rencontres de charité, Andy trouvait toujours une manière de nous divertir. http://www.youtube.com/watch?v=wF_C7x78o8U. De plus, il avait l’habitude de toujours porter une belle casquette que j’aimais beaucoup. Récemment, en 2012, il a mis fin à sa brillante carrière. Durant cette belle et longue carrière, il a accompli beaucoup sur les terrains de tennis. Je me souviendrai toujours de sa finale de Wimbledon 2009 face à Roger Federer qui s’est terminée par la marque de 7-5, 6-7, 6-7, 6-3 et 14-16 en faveur de Federer.

J’avoue avoir été touché par l’annonce de sa retraite. Nous, en tant que fan, nous désirons voir nos joueurs favoris performer pendant toute leur vie. Malheureusement, la vieillesse sur le plan physique et mental aura fait une autre victime en Andy Roddick. Désormais, les terrains sont réservés à des joueurs beaucoup plus jeunes avec une grande faim de la victoire.
Bravo Andy et merci pour cette belle carrière!

Roger Federer

Biographie. (source Wikipédia)
Roger Federer est né en 1981 à Bâle en Suisse. Il possède un palmarès impressionnant de trophées. En effet, il a triomphé 77 fois en simple sur le circuit de l’ATP. De ces 77 victoires, 17 sont des victoire du Grand Chelem, un record dans l’histoire du tennis masculin. Il a débuté sa carrière professionnelle en 1998 et seulement six ans plus tard, en 2004, il devient le meilleur joueur du monde. Il a conservé cette position durant 302 semaines non consécutives. (2004-2008 pendant 237 semaines consécutives).

Selon moi, Roger Federer est le meilleur joueur de l’histoire du tennis. Par contre, il est vrai que je n’ai pas eu la chance de voir tous les grand du tennis à l’oeuvre. À ma défense, j’ai discuté avec plusieurs amateurs beaucoup plus âgés et tous sans exception me donne raison sur la place de Federer dans l’histoire. Il est quand même très difficile d’argumenter contre ses 302 semaines au sommet du classements de l’ATP et ses 17 victoires du Grand Chelem.

Federer est rien de moins qu’un artiste sur un terrain de tennis. Son coup droit parfait, son revers à une main en parallèle à la ligne, la vitesse à laquelle il frappe dans le rebond et son jeu de pied inégalé en font de lui un athlète unique. Jamais dans ma vie, je n’ai vu un athlète se déplacer aussi bien.

Au cours de sa grande carrière, il a livré des batailles mémorables contre Roddick (Wimbledon 2009, Nadal (wimbledon 2006,2007) et Murray (wimbledon 2012).C’était des rencontres d’une si grande qualité que l’identité du vainqueur nous paraissait secondaire. Le spectacle offert était époustouflant. Outre ses performances sur le terrain, il a toujours été reconnu comme un homme avec la classe et étant très sympathique avec ses fans.

Malheureusement, l’année 2013 en fut une mauvaise pour le Maître. Dans son cas, la retraite n’est qu’une question de temps (même s’il désire continuer jusqu’en 2016 pour les Jeux Olympiques). Quel jour triste ce sera lorsqu’il annoncera sa retraite. Qui pourra frapper des coups droits avec sa technique? Qui pourra refaire ses revers le long des lignes? Personne. J’ai bien peur que personne ne puisse reproduire ce que le roi Federer aura accompli dans le monde du tennis. Cependant, pour nous les fans de tennis, il y aura toujours de la relève dans ce sport très compétitif. C’est ce qui en fait la beauté du sport en général. Pour terminer, je voudrais te souhaiter une belle fin de carrière et plusieurs autres titres à ton palmarès déjà très bien garni. Le tennis ne sera plus jamais le même sans toi, Roger Federer n’a pas besoin du tennis. Le tennis a besoin d’un Roger Federer.

Ping Pong

C’est durant l’adolescence que j’ai découvert le ping pong. À mon école secondaire, les heures de repas étaient ennuyantes. Donc, nous devions nous trouver des activités pour passer le temps. Nous passions donc notre heure de dîner dans la salle près des gymases où étaient rangées les tables de ping pong. Les premiers arrivés étaient les premiers servis. Pas besoin de vous expliquer que la course de table de ping pong était notre échauffement favori.

Au départ, je n’appréciais pas particulièrement ce sport. Je venais de découvrir le tennis. Je trouvais qu’il manquait un peu d’action dans le tennis de table. Par contre, au fur et à mesure que ma techniques s’améliorait et que mes coups devenaient de plus en plus précis, j’ai su que j’avais tort. Ce sport comportait beaucoup d’action! Durant mes cinq années de secondaire, je n’ai jamais intégrer l’équipe de l’école. Par ce fait même, je n’ai jamais pris part à une compétition. En y repensant aujourd’hui, je crois fermement que j’aurai aimé être compétitif dans cette discipline. Un jour, peut-être, je prendrai le temps nécessaire pour m’entraîner pour pouvoir participer à une compétition, car j’aime toujours ce sport.

Pour terminer, j’avoue ne pas me souvenir de beaucoup de connaissance au niveau académique pendant mes cinq années au secondaire. Cependant, je ne suis pas prêt à oublier mes meilleurs moments de tennis de table en incluant la course pour la meilleure table possible. Cinq belles années à entendre résonner la balle sur la table! (toc! toc! toc!) Quelles belles années cela furent.

Badminton

C’est également pendant l’école secondaire que j’ai touché à ma première raquette de badminton. À seize ans, dans mon cours d’éducation physique, nous pratiquions quatre sports par année scolaire ( un sport par étape scolaire). À la troisième étape, le badminton était le sport à pratiquer. Ironiquement, je n’aimais pas ce sport, mais j’avais une facilité à remporter mes matchs contre mes collègues de classe. Cela pouvait s’expliquait entre autre par ma pratique du tennis et duping pong. Les techniques étaient bien différentes, mais le fait de tenir une raquette entre les mains me semblait familier. Durant toute cette session, je n’avais toujours pas été séduit envers ce sport même si je continuais à accumuler les victoires dans le cours.

Maintenant, le badminton est un sport que j’adore pratiquer lorsque l’envie de bouger me prend. Je ne connais toujours pas la raison qui m’a fait aimer ce sport. Était-ce parce que j’avais un talent naturel pour celui-ci? Était-ce parce que j’aimais me lancer de côté en côté en geste de désespoir? Quoi qu’il en soit, ce sport est resté dans mes favoris à pratiquer et je continuerai à y jouer jusqu’à mon corps me le permet.

Basketball

Vers l’âge de 11-12 ans, je me rendais souvent au parc derrière chez moi pour jouer au basketball. Comme je ne mesurais que quatre pieds onze pouces (environ 150cm), la hauteur des paniers représentait un défi de taille à chaque lancer. Les filets étaient composés en métal. Les tirs réussis faisaient résonner ceux-ci. Lorsque je réussissais à faire un swish, cela consiste à rentrer le ballon dans le panier sans toucher au panneau ni à l’anneau, j’étais au paradis. Précisément, c’est ce bruit qui m’a fait apprécier ce sport. Je retournais sur le terrain le plus souvent possible avec le seul objectif de réussir le plus de swish possibles. À ce moment là, il n’y avait aucun son aussi agréable que celui du swish.

Aujourd’hui, je ne pratique plus vraiment le basketball. À l’occasion, je regarde des parties importantes de la NBA. Je m’informe sur le site officiel de la ligue nationale de basket, mais sans plus. Bref, de tous les sports que j’ai joués dans ma vie, il est un des rares sports que je n’éprouve plus vraiment de passion.

Golf

image(Hihi ma technique n’était pas encore à point!)

Mon addiction du golf a commencé il y a environ 4 ans sur un champ de pratique. Avant d’avoir essayer le golf je considérais ce sport pour les retraités. Je me souviendrais toujours de tous les efforts que mon ami avait déployés pour me convaincre d’aller taper quelques balles de golf. Évidemment, au début, mon seul but était de l’envoyer le plus loin possible sans me soucier de sa trajectoire. Lorsque j’arrivais à battre mon record de distance, je croyais que je m’améliorais. Quel pauvre type j’étais!

Pendant tout le premier été, je me contentais seulement des champs de pratique et à location de bâtons.

À ma deuxième année, je désirais vraiment m’améliorer en investissant dans des cours et des bâtons. J’avais donc pris un cours pour me rendre compte à quel point le golf était difficile. Tellement difficile que j’ai abandonné après seulement une leçon. Vers le milieu de l’été, j’étais déterminé à essayer sur un vrai terrain. Exactement, je ne me souviens pas de mon score, mais je me souviens d’avoir arrêter de compter après cent coups. C’était pathétique à voir! Ce score m’avait tellement découragé que j’en avais ranger mes bâtons pour le restant de la saison. Ma confiance avait vraiment été affecté.

Rendu à ma troisième année, je m’étais fixé l’objectif de jouer sous la barre des cent coups pendant cet été là. C’est avec de la volonté et de la détermination que j’ai décidé de reprendre mes cours où je les avais laissé. Cette fois, les cours me semblaient plus intéressants et moins poussés. L’instructeur avait une bonne écoute et il s’assurait toujours de bien faire comprendre ses conseils. Après deux cours et un grand nombre de balles frappées au champ de pratique, je me sentais prêt à retourner sur les terrains de golf. La différence de mes coups avec ceux de l’année précédente était remarquable. Mes coups avaient beaucoup plus de puissance et surtout plus de précision. Cependant, mon putting faisait encore défaut. Pendant tout l’été, je n’avais pas réussi à atteindre mon objectif de jouer inférieur à cent, mais je venais de redécouvrir les beautés du golf.

Ce n’est qu’à ma quatrième saison (cette saison) que mon putting s’est grandement amélioré. Maintenant, je joue dans les 90-95. Mon objectif est de me maintenir dans les 80-85 en sachant qu’il me reste beaucoup de chemin à parcourir. Mon driving n’est pas encore à point (220-230 verges seulement) et mes sorties de sables restent horribles. L’important dans mon cas est que je continue de m’améliorer de fois en fois. Ce qui n’était pas le cas dans les années précédentes. À travers mes quatre années d’expériences, j’ai pu constater une très grande progression dans mon jeu. J’en suis très heureux.

En somme, je crois avoir tirer une bonne leçon durant mes quatre année à pratiquer le golf. Ne jamais abandonner et toujours croire en soi même dans les moments les plus difficiles seraient des conseils que je donnerais à tous les golfeurs débutants.

Ceci fait le tour de tous les sports que j’ai pratiqués dans ma jeunesse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s